Free Nelson Mandela

MANDELA
Une révélation. Ma première prise de conscience politique, c’est lui. Ma première révolte intellectuelle aussi. J’étais au collège lorsque je me suis intéressée à Nelson Mandela, alors détenu à Robben Island.. Surement, alors qu’il combattait pour défendre ses idées, ne pouvait-il imaginer que des enfants, à l’autre bout de la planète se passionnaient pour sa vie, ses engagements, et tout simplement pour cette force tranquille, cette détermination. Je n’avais pas de poster de rock star dans ma chambre, je ne me serai jamais bousculée pour un autographe mais j’ai participé à ma première marche de protestation et je suivais des conférences où l’on parlait de l’apartheid, des sanctions économiques à l’encontre de l’Afrique du Sud… Tellement injuste pour une enfant que l’on détermine la vie d’une personne en fonction de sa couleur. J’ai commencé à lire tout ce qui me passait sous la main à ce sujet. Mais au delà de tout, c’est lui qui m’inspirait. Comment pouvait-on à ce point faire don de sa personne à une cause. Comment pouvait-on abandonner sa famille, toute notion d’intérêt personnel pour une cause supérieur si grande soit-elle ? Je me disais que je serais bien incapable d’une telle abnégation et que l’être humain en général n’est pas ainsi fait. Que personnes ne peut faire 27 ans de prison et que dis-je de prison, de travaux forcés pour ne pas se renier. Comment être aussi fort. Comment dominer sa peur à ce point ? Il est parti laissant pour moi ce mystère entier. Je ne connais de lui que ses livres et ses discours. Et puisque nous sommes sur Regard’elles, je rappelle que même concernant la condition des femmes c’était un visionnaire, un être éclairé :“For every woman and girl violently attacked, we reduce our humanity. For every woman forced into unprotected sex because men demand this, we destroy dignity and pride. Every woman who has to sell her life for sex we condemn to a lifetime in prison. For every moment we remain silent, we conspire against our women. For every woman infected by HIV, we destroy a generation.” ~ Nelson Mandela during the 46664 Concert, Fancourt, George, South Africa, 19 March 2005;
Il a su pardonner l’impardonnable, il a su s’élever bien au dessus de la masse humaine tout en rappelant lui-même qu’il n’était ni un saint, ni un prophète. Il a quitté la tête de son pays pour laisser la place aux jeunes alors que le pouvoir absolu aurait pu lui appartenir. Un être d’exception ne meurt jamais vraiment; Son action, son oeuvre, ses livres et ses discours nous accompagnent. J’espère que les générations à venir sauront s’en saisir. Moi je parle de Nelson Mandela à mes filles depuis toutes petites. Des livres très bien faits s’adressent aux enfants. Il faut entretenir la flamme car le prochain Madiba n’est pas encore né et nous risquons de l’attendre… longtemps.
mandela 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *