Des cadeaux par milliers…

Noël en occident c'est écologique et pas du tout toc

Noël en occident c’est écologique et pas du tout toc

 

Des cadeaux par milliers… Il est des périodes qui donnent le bourdon. Chacun la sienne, j’imagine. Moi c’est Noël. Depuis quelques années, j’ai des bouffées d’angoisse lorsque la date fatidique arrive et que je me trouve dans les centres commerciaux. Tous ces éclairages, chants de Noël, toutes ces décorations sur plusieurs étages, ces affiches publicitaires où la surenchère ne connaît pas de limite. Il faut acheter plus gros, plus beau, plus connecté, plus technologique, plus cher comme si l’amour que l’on porte aux personnes se mesurait à la taille de notre compte en banque. On entend les hurlements des gens dans la guerre, de ceux qui périssent en mer et tous les tarés qui osent dire qu’il faut tirer sur les bateaux de réfugiés…. mais nous avançons imperturbables dans les rayons bondés… En fait, nous agissons comme si nous étions dans une bulle, -cela me fait penser au film « Truman Show » avec Jim Carrey- et que la vraie vie n’existait pas. Et je ne parle pas du bilan carbone des fêtes en occident. Nous assassinons notre terre-mère, nous jouons les hypocrites avec la cop 21 mais on consomme des tonnes et des tonnes de kilomatts pour des éclairages et des cadeaux produits par de pauvres gosses exploités, dans des conditions irrespectueuses de l’homme et de l’environnement. Et tout cela dans une euphorie à laquelle il est de bon ton de participer.

J’y participe tellement bien qu’il m’arrive certaines années de me réveiller la nuit de peur de ne pas arriver à faire tous les cadeaux à temps -j’ai la chance d’avoir une grande famille de sang et de cœur- ou pire encore de me rendre compte le jour J que j’ai oublié quelqu’un ! Plus les cadeaux à mes enfants marraines que j’envoie par colis et que je finis toujours par faire partir à une date trop limite… Ensuite, c’est le temps de la décoration : les arbres de Noël ne ressemblent jamais aux magnifiques arbres gigantesques que l’on voit dans les films ou dans ces fameux centres commerciaux.. Vient ensuite les préparatifs du repas de Noël, des heures à cuisiner, à préparer les plats et desserts de la tradition. En travaillant, cela me garantie chaque année mon lot de nuits plus que raccourcies alors qu’à cette époque je suis généralement déjà en surchauffe !

Des problèmes de riche me diraient une amie très avisée dont les retours réguliers au bled permettent de garder les pieds sur terre ! Oui, il nous faut nous réjouir de notre place. Se réjouir que les bombes tombent sur d’autres maisons, se réjouir de ne pas avoir d’enfants qui trient les immondices dans les décharges à ciel ouvert. Apprécier et s’accrocher à nos places de privilégiées… Ne pas jouer les rabats joie, surtout avec des enfants qui bien évidemment se réjouissent de Noël. Reste la tentative d’offrir des cadeaux issus du commerce équitable ou des cadeaux qui nous aident à réfléchir. A écouter ou réécouter l’excellent billet de l’humoriste, Audrey Vernon sur France inter, ce matin 9 décembre.

Le guide du shopping de Noël équitable

 

1 Commentaire

  1. anselme V

    Excellent !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *