Le retour de la Bogue

Bikini et Burkini

Bikini et Burkini

Le retour de la Bogue : un incontournable de l’automne. Je me suis tue. La trêve estivale étant bénéfique à la réflexion, j’ai choisi de prendre du recul tant parfois toutes les informations qui se superposent nous font entrer dans une spirale infernale; Prise de recul, certes mais pas déconnexion et du coup, mille occasions de bouillir.

Je prends donc le temps de revenir sur un certain nombre de choses. De Jacqueline Sauvage en passant par le burkini, mon innénarable prise de conscience du sexisme dans le monde des joutes, les déclarations délicates de Bruno Lemaire, et l’annonce du démenlèlement de la jungle de Calais, j’ai eu l’occasion de fulminer. Plus les années passent plus mon indignation grandit.

Le burkini m’a beaucoup fait réfléchir. Tout d’abord, ayant vu les femmes sur les plages du Maroc, risquant la noyade dans le courant en raison de surcouches de vêtements pour éviter que l’étoffe mouillée ne dévoile rien de leur anatomie, j’ai pensé qu’au moins avec cette tenue,elle pouvait se couvrir sans risquer leur vie. Puis devant les interdictions, j’ai pensé à la propension que prenait le voile intégral dans les rues; J’ai pensé à ces femmes, fantômes noirs, embourbés dans leurs couches de vêtements totalement inadaptés à la vie quotidienne et je me suis dit, si cela peut éviter que les plages se trouvent couvertes de femmes transformées en fantômes !

Et puis m’est venue la vision des policiers demandant aux femmes de se déshabiller ! Et là vraiment, l’image m’a fait horreur. Couvre toi, déshabille-toi ! Des injonctions encore et toujours. Les maires auraient du accompagner leurs policiers municipaux pour se rendre compte. Au delà de cela, bien sûr que cette recrudescence de femmes emmurées en elles-mêmes m’afflige au plus haut point et m’inquiète terriblement pour l’avenir.  Sans compter qu’avec les publicités de mannequins glamour et voilés, cette pratique se banalise.

Et dans le même temps, les grands défenseurs de la femme, prompts à s’indigner devant le burkini et à faire de grande déclaration sur les femmes et leur vocation, laissent pourrir l’une d’entre elles dans une prison pour s’être défendue face au bourreau qui la maltraitait elle, mais aussi ses enfants depuis des décennies. Je pense bien évidemment à Jacqueline Sauvage que notre courageux président à gracié « partiellement ». Grace partielle, là j’ai vraiment besoin d’un esprit supérieur pour m’expliquer le concept ! On est gracié ou pas, on est mort ou on est vivant. Le partiel m’échappe totalement.

Voilà j’ai pris du recul mais durant cette parenthèse, le miracle n’a pas eu lieu. Tout est en place, voire dans les starting blocks. Là je pense à la multitude de candidats à la candidature pour 2017 qui s’écoutent parler et semblent soudain passionnés par Marianne, les femmes, leurs droits et leur sein nourricier…

Mais bon, il fait un temps estival, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

 

 

 

 

 

2 Commentaires

  1. La fille de l'encre

    Bon retour … je n’ai rien écris non plus sur le burkini, trop d’informations en même temps … cela tue l’information.
    Mais comme toi, ces images de cette femme humiliée sur la plage est tellement inacceptable que je ne pense pas pouvoir me retenir de râler encore longtemps.

    Répondre
    1. Céline Cammarata (Auteur de l'article)

      Oui tous ces Mâles avec leurs idées préconçues et sûrs de détenir la vérité, ça m’use !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *